Fédération Nationale des RadioAmateurs au service de la SEcurité Civile

Une passion: la radio, un idéal : servir

Agréments national et international de Sécurité Civile
arrêtés du 13/12/2006 (JO du 10/01/07) et du 05/06/2007 (JO du 22/06/07)

Médaille d’Or de l’Observatoire Citoyen de Défense et de Protection Civile

Fédération sous convention avec le Ministère de l'Intérieur - Direction de la Sécurité Civile depuis 1972
et le
Ministère de l'Equipement et des Transports - Direction Générale de l'Aviation Civile

Membre du Conseil National de Protection Civile

 

La Fédération Nationale des Radioamateurs au Service de la Sécurité Civile est composée des différentes associations départementales (ADRASEC). Elle est affiliée à la Fédération Nationale de Protection Civile (FNPC).

La Conférence Administrative Mondiale des Télécommunications (W.A.R.C 1979 Genève) a confirmé dans sa résolution RSBN l'importance croissante de la participation des Radioamateurs aux actes de sauvegarde de la vie humaine.

Aux termes de la Convention Nationale du 20 Décembre 1984, le Ministère de l'Intérieur et de la Décentralisation (Service des Transmissions de l'Intérieur - Direction de la Sécurité Civile) reconnaît en la FNRASEC la seule structure permettant aux radioamateurs volontaires de la Métropole et des DOM/TOM de participer officiellement à cette mission de sauvegarde.

La FNRASEC a fait ses preuves dans le domaine des transmissions et lors de la mise en place du "Plan SATER", ce qui lui vaut d'être citée fréquemment dans les documents officiels comme organisme partenaire pour de nombreuses missions.

RECHERCHE et LOCALISATION de balises de détresse

MOYENS RADIO Mis à Disposition des autorités en particulier lors de :

Catastrophes naturelles

Tremblements de terre

Alerte cycloniques

Incendies de forêt

Inondations

Son Groupe d'Intervention : "RADIO SANS FRONTIERE"

Des Opérateurs - Disponibles - Dynamiques - Qualifiés ...

Lors d'Interventions à But Humanitaire

Indicatifs Officiels : F6PCT - F8RSF

La fréquence VHF officielle nationale de trafic lors d'opérations ORSEC, SATER est : 145,475 MHz

 

 

Quand on parle de bénévoles au service de la Sécurité Civile, on pense immédiatement, et c'est légitime, aux secouristes des associations.

Et pourtant, il existe d'autres catégories de bénévoles, peu ou pas connus, qui interviennent et interviendraient lors d'opération de secours.

C'est notamment le cas des radioamateurs au service de la Sécurité Civile membres d'une

ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DES RADIOAMATEURS

AU SERVICE DE LA SECURITE CIVILE

 

Chaque association départementale des radioamateurs au service de la sécurité civile (ADRASEC) est une association régie par la loi du 1° juillet 1901, qui regroupe des radioamateurs motivés par la sauvegarde et qui se mettent volontairement, avec leur matériel et leur compétence, au service de la Sécurité Civile.

Chaque association est reconnue au sein d'une Fédération Nationale (FNRASEC) par la direction de la Sécurité Civile et par la Direction des Transmissions et de l'Informatique du Ministère de l'Intérieur, comme infrastructure mobile

d'appoint utilisable lors d'opérations de secours se tenant à la disposition du Préfet ( SIRACED-PC).

Pour définir les missions qui pourraient être confiées aux radioamateurs et leur place dans le dispositif à l'occasion d'exercices et d'opérations de secours, un plan d'intervention ADRASEC a été mis en place.

Pour faciliter leur emploi, ces personnels ont été placés en affectation individuelle de défense au sein de l'état major départemental du SIRACED-PC (détachement transmission).

L'ADRASEC est gérée et activée par le SIRACED-PC : elle a pour mission de participer:

 

Dans le cadre général des opérations de secours (Plan ORSEC, Plan Rouge, etc) : au renforcement par des moyens spécifiques des liaisons établies par les secours publics, grâce à ses propres matériels.

Dans le cadre particulier du Plan SATER (Plan Sauvetage-Aéro-Terrestre), à la recherche d'aéronefs accidentés ou présumés tels, par l'écoute et la localisation des signaux de détresse, grâce à leurs équipements spécifiques (radio-goniomètres)

 

C'est ainsi que des bénévoles ont participé lors de nombreux exercices et opérations réelles, au renforcement du PC Fixe Préfecture mis en place et placé sous l'autorité du SIRACED-PC. De part leur disponibilité, leur compétence et leur dévouement, ces personnels contribuent, en étroite collaboration avec les fonctionnaires du SIRACED-PC et du SDTI (Service Départemental des Transmissions de l'Intérieur), à assurer la permanence des liaisons, point vital pour le bon déroulement de toutes opérations mises en place pour la sauvegarde des populations.

 

 

A la suite des récentes catastrophes (tremblement de terre à Mexico, inondations à Nîmes, etc...), les radioamateurs ont encore prouvé qu'ils pouvaient mettre en oeuvre, dans des délais très courts, des moyens de télécommunication performants.

Pour transmettre une information d'un lieu à un autre, et donc mettre en place des moyens adaptés, un radioamateur doit résoudre deux problèmes :

Sur quelle distance faut-il transmettre?

Quel mode de transmission faut-il utiliser (parole, écrit, image, etc...) ?

Distance :

 

Le problème de la distance se résout par le choix de la fréquence à utiliser.

La communauté des radioamateurs est le seul organisme dans le monde à disposer d'un éventail de fréquences permettant de faire des liaisons à courte distance ainsi que d'avoir une couverture mondiale

Les cas des moyennes et grandes distances est couvert par ce que l'on appelle les hautes fréquences (HF). Pour cela, les radioamateurs disposent de 8 bandes de fréquences comprises entre 1,8 et 30 Mégahertz.

Le cas des courtes distances (jusqu'à quelques centaines de kilomètres) est couvert par les très hautes fréquences (VHF, UHF).

Ces bandes de fréquences sont utilisées pour des communications directes (quelques dizaines de kilomètres) ou au travers de relais automatiques permettant des liaisons à quelques centaines de kilomètres.

Mode de transmission :

Une fois le support de transmission choisi (c'est à dire la fréquence), le radioamateur choisira le mode de transmission;

La télégraphie (morse)
La téléphonie
Les transmissions de données (message écrit)
La télévision (image)

La télégraphie (morse) est le plus ancien des modes de transmission. Celui-ci est le plus souvent utilisé pour les transmissions à grandes distances ou dans des conditions difficiles.

La téléphonie : deux principaux types sont en usage chez les radioamateurs :

la BLU (bande latérale unique)
la FM (modulation de fréquence)

La BLU est particulièrement utilisée en HF et la FM en VHF / UHF principalement en mobile.

 

Les transmissions de données permettent de transmettre des informations écrites ou des liaisons entre ordinateurs. Il y a quelques années était en service le télétype mais il est détrôné à l'heure actuelle par le "Packet-Radio". Ce moyen de transmission très performant permet de transmettre sans erreur et utilise un protocole X25 en usage dans les centraux téléphoniques les plus modernes.

La télévision : sur les bandes UHF (400 MHz et au dessus) les radioamateurs disposent également de la possibilité de transmettre des images TV couleurs ou noir et blanc. Sur les bandes de fréquences plus basses (HF), ils ont également la possibilité de transmettre des images fixes (Télévision à balayage lent SSTV) car la transmission nécessite quelques secondes.

Toutes les combinaisons possibles entre les moyens et les modes de transmissions à la disposition des radioamateurs leur permettent de résoudre à peu près à tous les problèmes de communication qui peuvent se présenter lors d'une catastrophe.

Lors de ces situations, seuls les radioamateurs avec leurs nombreuses possibilités, leur multitude d'appareils, leur souplesse d'utilisation, leur connaissance des phénomènes radioélectriques, leur rapidité de mise en œuvre permettent une action efficace dans les premiers moments d'une catastrophe, là où il est nécessaire d'avoir le plus d'informations possibles.

Il est mis en œuvre par le préfet du département impliqué par des recherches, parallèlement et en coordination avec les recherches aériennes menées par l'armé de l'air.

Il se décompose en trois phases :

 
I - Phase Alpha

1- Application

La phase ALPHA est appliquée lorsqu'on est sans nouvelle d'un aéronef dont le vol est connu des services de contrôle de la circulation aérienne. Elle peut être déclenchée dans le cadre des mesures préparatoires à une opération SAR. Elle s'applique normalement à des zones de grande étendue, lorsque les renseignements sur l'appareil disparu sont nettement insuffisants.

2- Modalités

Le R.C.C (ou organisme délégué) adresse directement au groupement de gendarmerie du ou des départements concernés par l'alerte, une demande de renseignements numéro 1.

Pour les membres ADRASEC elle consiste en :

Une pré-alerte

Ecoute statique à la demande du CCS

Recenser les moyens disponibles.

C'est à dire être prêt à intervenir dans les plus brefs délais pour la  Phase BRAVO.

II - Phase Bravo

mise en service des moyens de recherche goniométrique.

mise en place des opérateurs du PC radio à la préfecture sous la responsabilité du CORA.

assurer la liaison radio entre les équipes de recherches et les autorités.

retransmettre les résultats d'écoutes des relevés et positions.

III - Phase Charlie

L'ADRASEC ou les ADRASEC du ou des départements concernés mettent leurs moyens en hommes et en matériel à la disposition du P.C./M pour assurer les liaisons radio avec le P.C./F.

Vous trouverez sur la page SATER tous les renseignements concernant la localisation  des balises par satellite, avec le système COSPAS-SARSAT

Il est mis en œuvre lorsqu'il s'agit de porter assistance à de nombreuses victimes. Selon la nature de l'accident ou de l'incident, les radioamateurs de l'ADRASEC peuvent être appelés en renfort pour contribuer aux secours.

 

Seul le Préfet est habilité à déclencher le Plan ORSEC et c'est à lui qu'incombe la responsabilité de la conduite des opérations. Ce plan ne concerne que les sinistres d'une ampleur exceptionnelle. Les ADRASEC sont amenées à participer dans le cadre de ce plan.